Les pécheurs se plaignent du manque de féras dans le lac Léman

Des pécheurs sur le lac Léman

Les saisons changent énormément ces dernières années et la capture du poisson en est sensiblement modifiée. Aujourd’hui, les pécheurs s’inquiètent du manque de féras dans leurs filets et de nombreux autres poissons. Une inquiétude qui met à mal la pêche dans le lac Léman.

Des poissons plus difficiles à capturer

C’est au cours d’un communiqué de presse officiel de la part de l’association française agréée interdépartementale des pêcheurs professionnels des lacs alpins, que nous avons pu prendre connaissance de ce dossier qui inquiètent les pécheurs du Lac Léman. Effectivement, que ce soit du côté français ou du côté suisse, les féras ne sont plus aussi facile à capturer et les filets des pécheurs en sont de moins en moins garnis. Le choc est d’autant plus grand car les pécheurs sortent d’une période faste qui s’est étalée de 2009 à 2014. Aujourd’hui, la capture de ces poissons est revenue à une moyenne basse qui surprend forcément les pécheurs.

D’après Michaël Dumaz, président de l’association et résident de Haute-Savoie, cela est en partie dû au réchauffement climatique. Effectivement, avec des saisons hivernales de plus en plus chaudes, le lac ne refroidit plus comme c’était le cas auparavant. Avec le manque de neige aussi, celui-ci est deux degrés plus chaud l’hiver et les poissons ne remontent plus autant à la surface. Normalement, les féras évoluent à la surface l’hiver et au printemps avant de plonger en profondeur durant la période chaude. Aujourd’hui, ceux-ci évoluent aussi bien en surface qu’en profondeur, rendant plus difficile leur capture.

Une demande supérieur à la pêche

Ainsi, la différence entre la production et la demande ne cesse de croître. En prime, alors que la saison faste était située entre Juillet et Décembre, elle est aujourd’hui entre Septembre et Janvier. Un changement qui ne permet plus de proposer autant de féras durant la période estivale où la demande est la plus élevée. Si les pécheurs se rattrapent avec des prix qui flambent, plus de 20% supplémentaires, cela ne permet pas pour autant de rattraper le manque à gagner. Un manque qui joue aussi sur l’emploi. Là où les pécheurs embauchaient des saisonniers durant l’été, on ne sait pas aujourd’hui si cela pourra continuer.

Quand on pose la question de savoir si cela va durer ou si un retour à la normale devrait faire son apparition, la réponse reste floue et l’association ne sait pas si cela reviendra ou non. Espérons pour les pécheurs, pour les consommateurs, et l’économie du Lac Léman, que les saisons redeviennent ce qu’elles étaient, ou bien encore que d’autres solutions soient apportées afin que les féras fassent leur retour dans les filets. A noter que l’on constate les mêmes soucis pour les perches ou bien encore les ombles chevaliers.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*