Partagora, Toutbox, Openload…: Internet, une menace pour le monde du livre 

Livre ouvert

Le livre n’est plus uniquement édité aujourd’hui en version papier. Depuis plusieurs années, les ebooks ont le vent en poupe et cela s’explique aisément. En effet, il est bien plus pratique de disposer d’une liseuse, un appareil qui permet de lire et de stocker des dizaines d’ouvrages. Les maisons d’édition proposent donc à l’heure actuelle, en plus des livres classiques, des ebooks qui peuvent être lus plus aisément et séduisent ainsi les amateurs de lecture à la recherche d’une alternative plus adaptée à leurs besoins. Cependant, voilà qui donne lieu à certaines dérives, avec des plateformes comme Partagora par exemple. On vous en parle.

Partagora, Toutbox, Openload, des services de partage illégaux

Nous vous parlions de l’ebook, le livre en version numérique adapté pour les liseuses. Disponible sur des plateformes telles que la Fnac et bien d’autres, il est bien évidemment payant mais moins onéreux que les ouvrages en version papier.

Néanmoins, au même titre que la musique et les œuvres cinématographiques, les ebooks se partagent et s’échangent sur la toile, et ce gratuitement. Une catastrophe pour les auteurs, qui ne se voient plus rémunérés pour leur travail. Ces plateformes, dont la légalité laisse très clairement à désirer, représentent donc un danger important pour le monde du livre, déjà en crise en raison des prix pratiqués par Amazon. Le géant des ventes en ligne propose une solution beaucoup plus favorable pour les lecteurs, mais beaucoup moins pour les maisons d’édition et les librairies.

Mais revenons aux plateformes de partage d’ebooks. Il s’agit notamment de Partagora, mais également de Toutbox, nouvellement Partageurs, ou encore d’Openload. Comment fonctionnent ces sites ? Le principe est simple : les livres numériques sont postés gratuitement par les utilisateurs et mis à disposition des autres membres. Il s’agit bien évidemment d’une pratique illégale, en raison de l’absence de droits d’auteur.

De plus, les fichiers mis en ligne sont bien souvent contrefaits. Pour qu’ils soient retirés de la plateforme, ceux-ci doivent être signalés par les utilisateurs. De ce fait, le lecteur n’est même pas certain de disposer de la véritable œuvre originale.

Fort heureusement pour le monde du livre, ces sites en question ont récemment fermé, c’est le cas de Partagora en 2017, de Toutbox en 2016 ainsi que d’Openload la même année. Ce dernier proposait également des films, ainsi que de la musique. Néanmoins, il s’agit d’un coup dur pour les utilisateurs, qui avaient trouvé dans ces alternatives la possibilité de lire gratuitement et dans un format beaucoup plus fonctionnel que le papier.

Pourquoi un tel danger pour le monde du livre ?

Nous avons précédemment mentionné les droits d’auteur. En effet, lorsqu’un livre n’est pas proposé de manière légale, les droits d’auteur ne sont tout simplement plus disponibles pour les écrivains, qui ont besoin de vendre pour toucher la rémunération de leur travail.

Mais si ces plateformes de partage d’ebooks gratuits sont néfastes pour les auteurs, elles le sont également pour les maisons d’édition. Plus le chiffre d’affaires diminue, moins celles-ci sont en mesure de produire de livres, mais également de diversifier leurs collections. Les librairies, déjà fortement lésées par la vente sur Internet à prix réduit, sont également touchées par ce type de pratiques.

Aussi, il est possible de se poser la question suivante : est-ce que le web représente réellement une menace pour le monde du livre ? Au premier abord, on pourrait penser que oui. Cependant, cette réponse est à nuancer.

Le web : incompatible avec le monde du livre ?

Si Internet représente une porte ouverte à toutes les dérives, comme les plateformes gratuites d’échange d’ebooks, le web est également un univers propice à la vente de livres. Les librairies en ligne sont nombreuses et pratiquent, contrairement à d’autres e-commerces, des prix uniques correspondant à la réalité du marché.

Précisons également que la lecture est une passion partagée par de nombreux utilisateurs, il n’y a qu’à prendre connaissance des très nombreuses chaînes francophones traitant de ce sujet sur YouTube par exemple. Il devient alors possible de promouvoir auteurs et maisons d’édition et ainsi favoriser l’achat d’ouvrages.

Internet représente donc un excellent moyen pour les personnes isolées de se fournir en livres, tout le monde ne disposant pas d’une librairie près de chez soi. Certes, l’univers du web a besoin de plus de réglementation concernant le partage de fichiers. Néanmoins, il s’agit définitivement d’une solution adéquate pour tous les lecteurs, qui désirent se renseigner, acheter ou encore promouvoir leurs lectures.

Il serait donc dommage de le fustiger, d’autant plus que celui-ci permet à des jeunes auteurs de s’auto-éditer et de faire connaître leurs diverses créations. De plus, il est important de préciser que le livre en version papier ne sera probablement jamais supplanté par le téléchargement d’ebooks.

Il revient alors aux maisons d’édition de s’adapter et de se rendre plus visibles. Une initiative intéressante, notamment pour toucher de plus en plus de lecteurs ayant choisi le biais du numérique.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*