Airbnb à Genève : interdiction de louer un bien immobilier plus de 60 jours

Location AirBnB

Depuis le 1er avril 2018, il est interdit de louer à Genève un bien immobilier sur une durée de plus de soixante jours par le biais de plate-formes telles que Airbnb. Bien loin l’idée de diminuer le tourisme, le but ici étant de limiter les abus excessifs de la part d’un grand nombre de personnes. De plus, cela évite de faire chuter le marché immobilier.

Limiter les abus

Antonio Hodgers, conseiller d’Etat chargé du logement en Suisse, a avoué ne pas vouloir diminuer le tourisme car ces plate-formes font partie d’une offre moderne dans une ville internationale comme Genève. Cependant, ce type de location d’appartement à Genève connaît de nombreux abus et les utilisateurs s’en servent de manière intensive comme logement principal afin de payer moins de taxes. Ce type de méthodes peut faire couler le marché immobilier, plus cher et donc bien sûr, moins attrayant. « Franchir cette limite revient de plus à soustraire ces biens immobiliers au parc locatif, ce qui n’est pas envisageable en période de pénurie», a souligné Antonio Hodgers.

Le Conseil d’Etat considère dorénavant qu’un particulier louant son bien par le biais de plate-formes comme Airbnb pendant plus de soixante jours pratique en réalité une activité commerciale, ce qui est puni par la loi.

Un modèle à suivre

D’autres villes ont déjà suivi cette régulation puisque la frontière des 60 jours a été basée sur ce que ces villes européennes pratiquaient. Pour Bordeaux, la pénurie de logements est due également en grande partie à ce genre d’activité puisque la majorité des logements sont réservés pour des séjours de longue durée sur Airbnb, laissant alors beaucoup d’étudiants sans logements.

Le gouvernement genevois a décidé d’organiser une table ronde avec toutes ces plate-formes de location afin de leur demander de se lier avec eux pour vérifier que les utilisateurs ne dépassent pas la limite légale. Amsterdam a d’ailleurs déjà instauré cette pratique. La société Airbnb semble satisfaite puisqu’elle a annoncé se réjouir des règles fixées par le canton de Genève. De plus, elle souhaite continuer à travailler avec les autorités genevoises déjà mises en place pour permettre de distinguer clairement les professionnels et les particuliers.

Des nouvelles obligations

D’autres obligations ont été mises en place comme celle de déclarer aux autorités la présence de personnes étrangères qui occupent un logement via ces plate-formes. Il faut également que les utilisateurs déclarent les revenus qu’ils touchent avec cette activité. Cette année 2018 semble être une année de transition qui va faire de nombreux changements dans le quotidien de ces utilisateurs qui comptaient souvent sur ces revenus pour réussis à finir dignement leurs fins de mois. De nombreux étudiants se tournent alors vers une nouvelle tendance : la collocation dans des manoirs.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*