Les cours de lecture labiale en Suisse romande

Un cours de lecture labiale

De nombreux malentendants suisses réapprennent à lire sur les lèvres grâce aux cours de l’enseignante Isabelle Michel. Créés en 2014, ces cours connaissent un véritable essor en 2017, notamment en Suisse romande.

Un apprentissage basé sur la mémoire

Lorsque Isabelle Michel, de l’associassion ARELL, montre à ses élèves une photo d’une bouchée serrée, il n’est pas toujours facile de savoir s’il s’agit d’un P, d’un B ou d’un M. Pourtant, avec de la persévérance et n entraînement basé sur la mémorisation, il est tout à fait possible de distinguer ces différentes lettres, sur une simple expression faciale. Cette méthode permet notamment d’apprendre les bases de la communication, pour insérer au mieux les personnes malentendantes. Des informations sur les cours dispensés sont disponibles à l’adresse suivante : www.ecoute.ch.

Dans un premier temps, les mots sont couplés à des gestes ou à des mimes, afin d’établir une connexion cérébrale entre la forme de la bouche et l’objet en question. Si certains mots sont faciles à comprendre, d’autres demandent en revanche une attention accrue. Ensuite, Isabelle remplace les gestes par des indices, afin de faire travailler la mémoire des élèves. Enfin, elle alterne les mots longs avec des mots courts car la forme de la bouche est alors différente. Grâce à ces exercices répétés, les progrès sont rapides et les mots sont plus facilement intégrés.

L’utilisation de textes avec des mots manquants

Les cours sont suivis par des malentendants, mais également par leurs proches, ce qui leur permet de mieux communiquer avec eux. Pour Isabelle, l’utilisation des textes à trous dans le cadre de ses cours permet de renforcer ce qui a été appris à l’oral. Le témoignage d’un de ses élèves vient conforter ses dires : « Lorsqu’il manque un mot, c’est comme s’il fallait reconstituer un puzzle, la méthode des textes à trous m’a permis de comprendre plus vite les mots et de les intégrer aisément dans une conversation. »

Ces exercices peuvent se poursuivre à la maison et dans le cadre familial. On peut par exemple s’entraîner devant la télévision, avec l’aide d’un proche. Il s’agit de lire les mots sur la bouche lorsqu’ils sont prononcés. C’est un outil de travail important sur lequel Isabelle compte beaucoup. Les cours donnent une base qui doit ensuite être pratiquée le plus souvent possible. Car si les prothèses auditives peuvent aider les malentendants dans 75% des cas, 25% de personnes demeurent avec leur handicap : il leur faut donc des outils pour s’intégrer et communiquer.

Be the first to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*